Archives

Format

Thématique

Dans la même rubrique

Accueil >>  Archives >>  Florence Cassez, "otage" de la corruption mexicaine

Florence Cassez, "otage" de la corruption mexicaine

Le 9 décembre 2005, les deux principales chaines de télévision du Mexique ouvrent leurs journaux du matin avec un show médiatique qui se déroule en direct.


Ecouter le documentaire.Durée 58’

Durée 58’

« Un dur coup est en train d’être porté à l’industrie des enlèvements », raconte avec frénésie le journaliste. Et des millions de téléspectateurs assistent à la libération de trois otages, dont un enfant de onze ans, dans un ranch des environs de la capitale Mexico.

Dans la cohue de la prise d’assaut, devant les caméras, une femme, la mine affolée, crie : « Je ne savais pas, je ne savais rien ! ». Il s’agit de Florence Cassez, une jeune femme originaire du Nord de la France qui est installée dans ce pays depuis 2003.

JPEG - 50.9 ko
Audience d’Ezequiel Elizalde, principal accusateur de Florence Cassez. 2006 © Alain Devalpo

Ce jour-là, l’AFI, l’Agence Fédérale d’Investigation, police créée sur le modèle du FBI, l’accuse d’être à la tête de Los Zodiacos, un gang spécialisé dans les enlèvements. Et c’est avec fierté que le directeur de l’AFI de l’époque (aujourd’hui Secrétaire d’Etat à la sécurité publique) félicite ses troupes devant l’opinion publique mexicaine pour avoir démantelé un réseau international de l’industrie du kidnapping.
Faux témoignages, preuves inventées, complicité des médias, négligences de la diplomatie française ; sur fond de corruption généralisée, cette histoire est un scénario de « Série noire » qui implique les plus hauts dirigeants de la justice et de la police mexicaine. Pour Florence Cassez et sa famille, débute un interminable cauchemar politico judiciaire.

Ecouter le documentaire diffusé sur France Culture

Le livre "Florence Cassez, Jacinta, Ignacio et les autres... Peines mexicaines"