Archives

Format

Thématique

Dans la même rubrique

Accueil >>  Archives >>  Birmanie / Thaïlande >>  Carnet de route 1 - Little Burma, le pays clandestin

Carnet de route 1 - Little Burma, le pays clandestin

Pour distinguer les détails au cœur d’une zone d’ombre, il faut parfois aller à sa lisière. C’est pour cette raison qu’Alain Devalpo a décidé d’enquêter à la frontière birmano-thaï sur le sort des Birmans de toutes origines qui y vivent.


Du refuge à la prison. 55’

Entre Birmanie (Myanmar) et Thaïlande, il existe un pays clandestin. Ex prisonniers politiques, journalistes, étudiants, médecins, enseignants, petites mains travaillant aux champs, dans les usines de confection, sur les chantiers ou les bateaux de pêche, au total, plusieurs millions de personnes de nationalité birmane vivent aux marges de la légalité sur le sol thaïlandais.

La porte d’entrée de Little Burma est la ville de Mae Sot qui fait face à sa consoeur birmane Myawaddy, sur les rives de la mince frontière liquide dessinée par la rivière Moei. À Mae Sot, derrière l’écran de la normalité, un musée des tortures infligées aux prisonniers politiques côtoie des cliniques semi clandestines qui voisinent des écoles birmanes ou des camps de réfugiés.

La vie quotidienne de ces Birmans de l’extérieur témoigne de la situation désastreuse en Birmanie, mais aussi de la capacité de résistance et d’organisation d’une population victime d’un régime inflexible malgré la pression internationale.

JPEG - 52.5 ko
Un camp de réfugiés birmans en Thaïlande.

Le site de Un dromadaire sur l’épaule.

Du refuge à la prison

La politique de fer du régime ne laisse d’autre choix que l’exil et les Birmans ont bien des motifs de fuir le pays qu’ils aiment. Les répressions qui ont suivi le mouvement étudiant de 1988, la victoire volée au LPD (parti d’Aung San Suu Kyi) en 1990, la révolution safran de 2007 ou les conflits ethniques poussent les militants et la population civile à fuir la terreur. Ces dernières décennies, par dizaines de milliers, des Birmans ont fui vers les pays voisins : Indes, Bengladesh, Chine et surtout Thaïlande.

JPEG - 37.3 ko
La famille de Pha Nay Too.

Depuis 1984, des camps sont installés sur le sol thaïlandais bien que ce pays ne soit pas signataire de la charte de l’ONU sur les réfugiés. Prévus pour une courte durée, ce sont devenus des villes de dizaines de milliers d’habitants (110 000 personnes sont recensées dans 9 camps).

L’aide internationale est à l’œuvre, mais le manque de perspectives ronge les esprits. La seule lueur d’espoir est le programme de réinstallation dans des pays tiers mis en œuvre par l’OIM (Organisation Internationale des Migrations). Les Etats-Unis, l’Australie, la Norvège ont déjà accueilli des milliers d’ex-réfugiés.

JPEG - 45.9 ko
Départ en direction de Bangkok sous l’œil de Yuri.
MP3 - 72.5 Mo
Du refuge à la prison. 55’

Liens complémentaires

- L’émission sur le site de Un dromadaire sur l’épaule.
- Moving to Mars, un documentaire de la BBC sur l’installation de familles birmanes en Grande-Bretagne.
- Le site de l’Organisation Internationale pour les Migrations.
- Le site de l’organisation Thailand Burma Border Consortium qui gère les camps de réfugiés.
- Un rapport sur les réfugiés birmans.
- La mission dans les camps de réfugiés de l’ONG Aide Médicale Internationale.